Guitare: Prise de Son Guitare et Réglages Matériel Guitare en Home Studio

Comment réussir de bonnes prises de son guitare, régler votre matériel correctement, et avoir le son en studio d’enregistrement, Home Studio, et sur scène?
Dans cette session de coaching en direct, Olivier Marot nous dévoile ses secrets de pro.
Au programme : « les sons de guitares » avec exemples sur Marshall JVM 410, Fractal Audio, Eleven Rack et Vox Tonelab, et comment régler tout ça correctement.

Leave A Reply (6 comments so far)

  • Xavier Louvet

    Et j’en finis… existe-t’il un logiciel ? Un appareil qui permet de mesurer le spectre sonore rendu ? Imaginez que vous êtes satisfait de votre son de groupe enregistré en session d’enregistrement, existe-t’il un moyen technique de mesurer en live les écarts de signature du spectre sonore par rapport à ce bon son que tu veux reproduire partout ?

  • Xavier Louvet

    J’ajoute à ma question précédente, que le problème est encore plus aigu si, ayant réglé le problème de signature son sur sa guitare quand elle est seule à jouer, l’entrée de la Basse et de la Batterie, étouffe ton son. Sur les home studios, on règle la balance et tout va bien. Mais sur scène ? Comment on arrive à conserver cette signature ?

  • Xavier Louvet

    Excellent ! J’ai appris plein de petits trucs pour enregistrer des morceaux comme un pro et c’est vraiment très riche d’enseignements. Merci à vous et surtout merci de nous instruire sur cette connaissance du son. J’ai cependant quelques questions qui dépassent le cadre de l’enregistrement studio :

    1°) A quoi cela sert d’enregistrer le plus équilibré des morceaux studio en usant des astuces (Guitare Gauche/Guitare Droite respectivement Basse que j’ai testé et qui effectivement donne une pèche d’enfer à mes musiques) si tu ne peux pas reproduire la même qualité de son sur scène ? J’admire pour ma part AC/DC qui produit le même son sur scène que leurs LP (sauf peut-être le dernier Rock or Bust que je n’ai pas entendu encore sur scène et qui a l’air effectivement traité façon “maquillage de l’Oréal” sur le LP) ? Sauf à ce que tu me dises qu’il y a un “nègre” derrière (ou sous la scène) qui fait la guitare droite (parce que Angus est forcément de gauche …;) )… ??? Comment j’m’en sors sur scène avec mon sec et aigu qui manque de la profondeur de mes enregistrements studio ?

    2°) Quand on est un amateur gros pratiquant (comme moi), le vrai problème c’est que lorsque tu passes sur scène en concert “communautaire”, en Jam par exemple, le staff ne t’autorise pas à débrancher son matos pour y placer (subrepstisment…) le tiens. Du coup, si l’ingé son (IS) est ingé comme je suis archevêque, il te massacre tous tes réglages et tombe alors la sentence finale (toujours du même IS) : “ce gratteux a un vrai son de m…” ! (Je sens que quelques lecteurs se disent en lisant ces lignes “Ouaaaaais !!!!!” comme les MPs à Westminster quand ils approuvent ce que dit le Prime Minister… Bon ! J’abrège et j’en viens à ma question.) Alors, mon challenge c’est de garantir ma signature son quelque soit 1) L’ampli qu’on me prête sur scène 2) Le micro et sa position que l’IS aura déterminé comme la meilleure. Je cherche la solution, j’utilise des (certainement mauvais) simulateurs d’amplis pour y arriver et je n’ai pas encore trouvé mais si, mes chers camarades gratteux sont d’attaque, j’ouvre ici un club de recherche sur le sujet : “Comment tu chuntes les mauvais réglages et le mauvais matos aval en gardant ta signature son quoiqu’il arrive…”. Celui-qui veut faire une thèse est le bien venu 😉

  • Jean-David

    Bon désolé, je me suis trompé, mon long commentaire aurait du aller sous une autre de ces vidéos… désolé…

  • Jean-David

    Hello… concernant la netteté de l’image, il est juste dommage que l’écran derrière est tellement lumineux que la caméra fait le point sur lui, et du coup le guitariste est un peu flou… En tout cas c’est comme cela pour les 2 bouts de vidéo que j’ai regardés. Très intéressant au demeurant… Mais un peu paradoxal. Moi qui connait bien le solfège, les gamme mineures mélodiques ascendantes et descendantes , mineures harmoniques etc. je peu témoigner que le guitariste connait son sujet. (Excuse-moi, j’ai déjà oublié ton nom) Mais là où c’est paradoxal, c’est qu’il utilise finalement beaucoup ces termes, pour décrire sa méthode, qui se veut accessible aux gens que ces termes vont rebuter, tout en nous disant qu’avec sa méthode on peut s’en passer… Il ferait peut-être mieux de nous dire : voilà ma gamme violette : (joue) et voilà ma gamme bleue (joue) et vous remarquerez que le ressenti est différent… l’une est plus gaie et l’autre plus triste ou angoissante…
    et nous dire qu’au final une gamme c’est en gros une succession de demi-tons et de tons juxtaposé pour arriver jusqu’à la même note une octave plus haut. Mais que ce découpage en tons et demi-tons (voire parfois un ton et demi) peut se faire de manière très diverse, et que chaque découpage à sa couleur, son originalité sa spécificité propre, et peut être adapté ou non à tel accord d’accompagnement. Et qu’il suffit donc de travailler ces découpages de base, en les jouant tout simplement. Après, il y a un travail d’éducation de l’oreille qui est utile pour tenter de savoir reconnaitre/discerner les intervalles de plus en plus vite quand on entend un autre musicien jouer, et aussi pour discerner un accord majeur d’un accord mineur. Cela ne peut qu’aider à jouer des notes adaptées à ce que jouent les autres musiciens. Si je dis cela, c’est juste que si on comprend cette évidence, cela va aider peut-être à faire le pas d’être moins rebuté à entreprendre ce travail d’éducation de l’oreille. Car on sait qu’au bout de ce travail, on va progresser énormément. Mais là aussi on peut remplacer ces termes par d’autres, comme des couleur, ou dire la gamme plutôt gaie, et la gamme plutôt triste ce qui parle davantage.
    Pour aider à comprendre ce que je dis plus haut, je veux juste ajouter qu’un demi-ton est l’espace, la distance minimum entre 2 notes. C’est donc par exemple les notes obtenues en jouant, sur la même corde, successivement sur 2 cases adjacentes de la guitare. Du coup, les tons, c’est une distance double, donc en sautant une case. Donc moi-même je suis un peu long à vouloir être simple… 🙂 Comme quoi… en musique c’est difficile de rester simple pour l’expliquer… Pratiquez, pratiquez, vous progresserez. Et une méthode est toujours utile. En tout cas bravo pour cette série.

  • Nolaufar

    Merci pour cette nouvelle visio vraiment passionnante… Vous formez une belle équipe, et hônnetement j’aime “la bonne franquette” c’est vraiment agréable.
    C’est génial… En core un peu tôt pour moi pour aller plus loin, mais futur client de votre masterclass….

    Laurent.